Des chercheurs de Harvard ont réussi à cloner un superordinateur sur le Cloud

Superordinateur cloné sur Google Cloud

Imaginez un superordinateur alimenté par la puissance du cloud, au service de la recherche médicale. Des chercheurs de l’Université Harvard ont transformé cette vision en réalité ! Grâce à une collaboration novatrice avec Google Cloud, ils sont parvenus à cloner un superordinateur dans le Cloud afin de mener des études cruciales sur les maladies cardiaques. 

Cloner un supercalculateur sur Google Cloud pour faire évoluer la recherche sur les maladies 

Le professeur Petros Koumoutsakos de l’Université de Harvard et son équipe se sont lancés dans un projet ambitieux : la simulation d’une thérapie innovante ciblant les caillots sanguins et les tumeurs. Cependant, ils ont rapidement rencontré des obstacles majeurs. Les supercalculateurs traditionnels n’étaient pas facilement accessibles, et même lorsqu’ils l’étaient, leur utilisation était limitée dans le temps en raison de la forte demande.

Face à ces défis, l’équipe a envisagé une alternative prometteuse : le Cloud. En collaboration avec Citadel Securities, ils ont conçu un plan pour cloner un supercalculateur sur Google Cloud, permettant ainsi une utilisation plus flexible de la puissance de calcul nécessaire à leur recherche.

supercalculateur sur Google Cloud

Maximiser l’efficacité grâce au Cloud

L’utilisation du Cloud pour un projet de cette envergure n’était pas sans ses propres défis. Les plateformes cloud, bien qu’offrant des avantages tels que la fiabilité et la résilience, ne sont pas nécessairement adaptées aux besoins spécifiques des chercheurs. Cependant, l’équipe de Harvard a persévéré et, en collaboration avec des chercheurs de l’ETH Zurich, a accompli un exploit impressionnant en utilisant des milliers de machines virtuelles sur Google Cloud. Le résultat a été une efficacité remarquable, avec une amélioration de 80 % par rapport aux supercalculateurs traditionnels.

Une réalisation saluée dans l’industrie

L’industrie a réagi avec enthousiasme à cette réalisation. Bill Magro, de Google Cloud, a souligné le potentiel du Cloud pour résoudre des problèmes scientifiques majeurs. Il a suggéré que, avec des ajustements appropriés, le cloud pourrait même rivaliser avec les supercalculateurs traditionnels, ouvrant ainsi de nouvelles possibilités pour la recherche et la science.

D’autres experts de l’industrie, dont Holger Mueller de Constellation Research, ont également salué cette initiative. Ils ont noté que Google Cloud avait déjà démontré sa flexibilité dans le passé, en fournissant des ressources comparables à celles des supercalculateurs pour des projets tels que les modèles de traduction. Cela montre que le cloud a le potentiel de répondre à divers besoins de calcul intensif.

Cependant, il existe également des mises en garde. Bien que le cloud offre des avantages indéniables, il n’est pas une solution universelle. La demande croissante de ressources pour l’intelligence artificielle (IA) et d’autres applications gourmandes en calcul met également la pression sur les plateformes cloud. Les fournisseurs de supercalculateurs traditionnels ne devraient donc pas encore se sentir menacés, car ils continuent de jouer un rôle vital dans la recherche scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *