La Russie compte exploiter la blockchain pour contourner le système SWIFT et révolutionner les paiements internationaux 

La blockchain pour contourner SWIFT

Alors qu’elle est confrontée à des défis financiers majeurs depuis son exclusion du système SWIFT, la Russie envisage sérieusement de recourir à la technologie blockchain pour trouver une issue. En collaboration avec d’autres pays ouverts à l’usage des cryptomonnaies et autres actifs numériques comme la Chine, la banque centrale russe entend mettre en place un système de règlement international basé sur la blockchain.

La blockchain comme solution aux défis financiers

Le système SWIFT est depuis longtemps considéré comme le standard pour les transactions internationales. Cependant, avec l’avancement de la technologie blockchain et ses nombreuses applications, certains pays commencent à envisager d’exploiter cette technologie pour révolutionner leurs échanges financiers. C’est le cas notamment de la Russie qui vise à utiliser la blockchain pour créer un système de règlement international alternatif. Dans le même sillage, l’Arabie Saoudite semble de plus en plus privilégier le recours aux cryptomonnaies au détriment du dollar US témoignant de sa volonté de s’affranchir du poids des systèmes financiers traditionnels.

Vers un système de règlement international basé sur la blockchain ?

C’est au cours du récent Forum financier de Moscou, que l’annonce a été faite par la voix du Premier ministre Mikhail Mishustin : un système de règlement international basé sur la blockchain. Ce système utiliserait des actifs financiers numériques de type CBDC. Autrement dit, des versions digitalisées des outils financiers classiques. La Banque de Russie et le gouvernement ont déjà mis en place les fondations juridiques de ce projet, avec pour objectif de permettre une transition en douceur vers des paiements internationaux opérés sur blockchain.

Une possible alliance crypto entre la Russie et la Chine

La Russie ne s’engage pas dans cette aventure toute seule. Après une visite notable en Chine, Mishustin a mis en évidence l’importance de renforcer les relations commerciales entre les deux pays. La Chine, elle aussi, s’intéresse à la crypto et à la blockchain. Il est donc tout à fait possible que les deux pays collaborent dans ce domaine et pour l’aboutissement de son projet ambitieux. Vladimir Chistyukhin, vice-président de la banque centrale russe, a même envisagé d’utiliser le rouble numérique comme moyen de contournement aux restrictions et sanctions.

Les crypto ont bien plus de potentiel au-delà de leur simple nature d’actif numérique. Elles peuvent révolutionner les systèmes établis et offrir de nouvelles opportunités pour les pays qui veulent s’affranchir des systèmes financiers classiques. Il ne fait aucun doute qu’une réussite du projet russe pourrait inspirer d’autres pays. Cela dit, il est important de noter que l’adoption de telles innovations prendra du temps et nécessitera une coordination internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *