OpenAI s’engage à protéger ses utilisateurs de ChatGPT face aux poursuites pour violation du droit d’auteur

OpenAI Copyright Shield

OpenAI, la célèbre entreprise d’intelligence artificielle, a annoncé qu’elle financerait les frais juridiques de ses utilisateurs professionnels de ChatGPT, sa plateforme de génération de contenu, s’ils sont poursuivis pour violation du droit d’auteur. Cette initiative, baptisée Copyright Shield, vise à rassurer les clients d’OpenAI qui utilisent ChatGPT pour créer des textes, des images, des vidéos ou des sons.

ChatGPT, un outil puissant mais controversé

ChatGPT est un outil basé sur l’IA qui permet de générer du contenu à partir d’un simple mot-clé ou d’une phrase. Il utilise un modèle d’apprentissage profond nommé ChatGPT, qui a été entraîné sur des milliards de données provenant d’Internet. ChatGPT peut produire des textes de différents genres, tels que des articles, des poèmes, des dialogues, des tweets, etc. Il peut également créer des images, des vidéos ou des sons à partir de descriptions textuelles.

ChatGPT est disponible en plusieurs versions, selon le niveau d’accès et le prix. La version gratuite permet de générer jusqu’à 10 000 caractères par mois, tandis que la version ChatGPT Plus offre 100 000 caractères par mois pour 49 dollars. La version ChatGPT Enterprise, quant à elle, est destinée aux utilisateurs professionnels qui ont besoin de plus de capacités et de fonctionnalités. Elle coûte 499 dollars par mois et offre un accès illimité à ChatGPT, ainsi qu’à la possibilité de créer des modèles personnalisés et de les vendre sur une boutique d’applications.

OpenAI fait face à des accusations de violation du droit d’auteur

L’utilisation de ChatGPT n’est pas sans risque, car le contenu généré par l’outil peut être considéré comme une violation du droit d’auteur. En effet, ChatGPT utilise des données provenant de sources diverses, dont certaines sont protégées par le droit d’auteur. Ainsi, il est possible que ChatGPT reproduise, sans le savoir, des extraits de livres, de films, de chansons ou d’autres œuvres originales.

OpenAI a déjà été poursuivi par plusieurs auteurs, artistes et organisations qui l’accusent d’avoir utilisé leurs œuvres sans autorisation pour entraîner ChatGPT. Par exemple, la comédienne Sarah Silverman, la Guilde des auteurs et un groupe de personnes dont les données personnelles ont été volées, ont porté plainte contre OpenAI et Microsoft, son partenaire technologique.

Pour se défendre, OpenAI affirme qu’il respecte le principe du fair use, qui permet d’utiliser des œuvres protégées par le droit d’auteur à des fins d’éducation, de recherche ou de critique. Il ajoute qu’il n’est pas responsable du contenu généré par ses utilisateurs, qui doivent respecter les conditions d’utilisation de ChatGPT et les lois en vigueur.

OpenAI promet de soutenir ses utilisateurs de ChatGPT Enterprise

Pour rassurer ses utilisateurs professionnels, qui sont les plus exposés aux poursuites pour violation du droit d’auteur, OpenAI a lancé le programme Copyright Shield. Ce programme consiste à couvrir les frais juridiques des utilisateurs de ChatGPT Enterprise qui font face à des poursuites pour violation du droit d’auteur.

OpenAI précise que ce programme ne s’applique qu’aux utilisateurs de ChatGPT Enterprise et de son API de développement, et non aux utilisateurs des versions gratuite et Plus. Il ajoute que le programme ne garantit pas que les utilisateurs seront exonérés de toute responsabilité, mais qu’il les aidera à se défendre.

OpenAI rejoint ainsi d’autres entreprises technologiques, telles que Google, Microsoft, Amazon, Adobe et Shutterstock, qui proposent également de soutenir légalement leurs utilisateurs en cas de poursuites pour violation du droit d’auteur. Ces entreprises espèrent ainsi encourager l’innovation et la créativité, tout en respectant les droits des auteurs.

Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *